info@amaritaco.com | Bureau : +855 23 993 829 / Mobile : +855 16 878 486

LES PONTS DU MEKONG

Témoignage supplémentaire de la modernisation rapide des transports en Asie du Sud-est, trois ponts du Mékong viennent de voir le jour en moins d’un an et demi. Dernier en date, le Pont de l’amitié Laos-Myanmar reliant le nord du Laos avec le Myanmar est prêt à ouvrir officiellement au début de mai – en avance sur le plan initial prévu pour Août.

Stung Treng Bridge 02 Thai Lao  Bridge Chiang Khong-Houeisay Lao Myanmar Friendship Bridge

 

 

 

 

 

 

Plus précisément, il enjambe le fleuve entre le district de Thakhelek dans l’Etat Shan du Myanmar et la province de Luang Namtha au Laos.

Les travaux de construction des ponts du mekong auront duré 2 ans, et ont coûté 26 millions de dollars, pour une œuvre 691,6 mètres de long et 10,9 mètres de large. A deux voies, le pont sera ouvert aux véhicules de 75 tonnes de poids maximum, et peut résister à des séismes jusqu’à 7,0 sur l’échelle de Richter.

Son but principal est, bien entendu, celui de stimuler le commerce, les investissements et le tourisme entre les deux pays, dont le volume actuel des échanges est encore faible par rapport à d’autres pays voisins.

Jusqu’à présent, quatre ponts du mekong ont été construits entre le Laos et la Thaïlande, et tous ont fait enregistrer une hausse remarquable des échanges et du tourisme dans les deux sens. Dernier en date, celui entre Chiang Khong et Houeisay, particulièrement important pour le tourisme car il dessert le port de départ des croisières qui descendent jusqu’à Pakbeng et Louang Prabang. Ouvert en novembre 2013, il fonctionne à présent à plein régime et permet un gain de temps considérable dans la traversée du fleuve.

Au Cambodge, c’est un pont intérieur qui a été ouvert au mois d’août 2014 : juste au sud de Stung Treng, c’est le pont de départ de la nouvelle route qui traverse le nord du pays et permet de rejoindre le grand temple de Preah Vihear et moins de 3h, et Siem Réap en 6h environ. Une possibilité de plus pour les voyageurs en provenance du Laos, qui peuvent à présent passer de Paksé à Siem Réap dans la journée.

Le progrès. Les pays et les peuples se rapprochent, les temps de parcours diminuent, ont peu visiter plus de sites en moins de temps.

Mais les romantiques et les amoureux des voyages à rythme lent regretteront les bacs, chargés souvent jusqu’à l’invraisemblable d’hommes, animaux et matériaux de tous genres, qui contraignaient à des attentes parfois longues et inconfortables, sous le soleil ou sous la pluie, mais constituaient autant de moments de rencontre, de possibilité d’approcher les gens, échanger avec eux, percer leur quotidien et leur mode de vie et, au final, repartir avec quelques belles photos et souvenirs de plus.




About the Author

Leave a Reply

*

Protected by WP Anti Spam